SPORTMAG - 118 : National - Février 2019

Archives

Collapse

Uncollapse

118-Ouverture-sport-fit.jpg

Rendez-vous sur l’Appli

Le programme « Cannes, capitale du sport en plein air » a bien pris le virage du numérique. L’application mobile gratuite Cannes Sports, lancée en septembre 2017 par la mairie avec l’aide de la société « Trace de trail » répertorie tous les circuits, en les accompagnant d’informations. Elle permet aussi de se localiser sur le parcours et d’avoir des informations météorologiques. Les compétiteurs peuvent participer au « Défi Cannes » : grâce à plusieurs bornes, ils peuvent chronométrer leur temps de passage et les comparer avec ceux des autres joggeurs.

Retour En avant

Sport fit

Le sport de plein air s’écrit en capitales à Cannes

Situation géographique idéale et climat agréable, Cannes est un bon terrain de jeu pour les adeptes des activités en extérieur. La municipalité a donc lancé le programme « Cannes, capitale du sport de plein air ». Les randonneurs et joggeurs savent quel circuit emprunter et les fans de fitness ont leurs lieux de rassemblement, tandis que les événements sportifs prennent une nouvelle dimension.

Quand on évoque Cannes, on pense d’abord au tapis rouge et aux belles tenues des acteurs qui montent les marches du Festival. Mais, la ville veut se distinguer autrement. Depuis 2014 et le début du mandat de maire de David Lisnard, la cité balnéaire entend bien devenir une capitale du sport de plein air. « Le but est que les Cannois et les touristes puissent pratiquer un sport ludique ou s’entraîner », explique Odile Gouny-Dozol, adjointe au maire déléguée au sport et à ce projet. Deux collines boisées, le massif de la Croix-des-Gardes et « la Californie », des îles candidates au patrimoine mondiale de l’UNESCO, la mer et près de 8 kilomètres de plage, un centre historique et une météo (presque) toujours clémente : Cannes a tous les atouts pour favoriser les activités de plein air et les conjuguer avec la découverte. « Il y a une culture sportive depuis longtemps », ajoute l’élue, rappelant que la ville était capitale du sport élégant au 19e et 20e siècle. « Nous avons plus de 200 associations sportives pour une centaine de disciplines et plus de 24 000 pratiquants dans les clubs de toutes les générations. » Il ne fallait plus qu’un maire, lui-même grand sportif, pour lancer en 2016 un programme qui favorise la pratique libre et conviviale du sport en extérieur. Mis en place par les services de la ville et avec les conseils des associations locales, « Cannes, capitale du sport de plein air » se décline en trois volets.



Piste verte ou piste noire ?


De l’athlète qui s’entraîne pour sa prochaine course, au Cannois et au touriste qui souhaitent se balader, en passant par le joggeur du matin, chacun sait désormais quel circuit emprunter pour atteindre ses objectifs. Dans le premier volet du programme, la municipalité a élaboré un réseau de 16 parcours urbains où un code couleur annonce les difficultés sur le modèle de pistes dans les stations de ski. Par exemple, le circuit n°1 qui longe le bord de mer est en vert car il est considéré facile, comme trois autres pistes. Cinq parcours dit intermédiaires sont en bleu, cinq difficiles en rouge et deux très difficiles en noir. « C’est une idée assez unique que d’autres villes du littoral commencent à étudier », souligne Odile Gouny-Dozol. Des poteaux signalent les directions sur les pistes de ski ; à Cannes, ce sont des clous de voirie qui renseignent les utilisateurs tous les 200 mètres. Ce réseau a pris de l’ampleur, passant de 60 km au départ à 100 km.



La pratique du fitness boostée


Toujours dans le premier volet du programme, deux aires de fitness, en accès libre, ont été construites sur la nouvelle promenade « BoccaCabana », en bord de mer, dans le cadre d’une grande rénovation du littoral boccassien. « Elles sont complètes avec des barres de traction, des barres parallèles, des ponts de singe, entre autres », décrit Lucas Moreaux. Son association de street workout « Bar jacking-crew » a été consultée pour la conception de ces aires. « Nous avons défini les deux parcs. On a pu mettre les agrès que l’on voulait, tant qu’on respectait la surface et les normes de sécurité. » Depuis leur ouverture, il y a un et deux ans, ces aires de fitness sont un succès. « Dès tôt le matin, il y a du monde », se réjouit Odile Gouny-Dozol. « On voulait que ces lieux soient gratuits », ajoute Lucas Moreaux. « La pratique a été boostée en deux ans et nous avons de nouveaux membres dans l’association. » Et cette émulation donne des idées. Dans la foulée de l’ouverture de ces espaces, Lucas Moreaux a fondé une école de workout, Bar jacking school, pour les enfants de 9 ans et plus afin de « sécuriser leur pratique », explique-t-il. Les éducateurs de la ville, quant à eux, animent trois séances hebdomadaires de CrossFit où l’on peut participer sans inscription. Une troisième aire de fitness va voir le jour prochainement à Bijou Plage, à l’autre extrémité de la commune, non loin du célèbre « Palm beach ».



« Faire voir autre chose que la Croisette »


Le deuxième volet du programme consiste à labelliser les événements sportifs de la ville. « À part pendant l’été et en mai pendant le Festival, il y a toujours une manifestation sportive à Cannes », rappelle Odile Gouny-Dozol. Le plan « Cannes, capitale du sport de plein air » est l’occasion de voir émerger de nouvelles compétitions. Parmi elles, le Cannes Urban Trail, lancé par Azur sports organisation il y a deux ans et dont la deuxième édition s’est déroulée le mois dernier. « Le principe est de faire découvrir la ville de Cannes d’une autre manière, faire voir autre chose que la Croisette », indique Pascal Thiriot, président d’Azur sports organisation. Les participants ont le choix entre quatre courses : kids urban trail (1 km), Cannes découverte run (9 km), le Petit Cannois (15 km), le Grand cannois (25 km). Tous les départs sont donnés depuis le Palais des Festivals et des congrès. Selon le parcours, les participants pourront découvrir le canal de la Siagne, le lycée Carnot ou encore la Croix-des-Gardes avant de revenir au Palais des Festivals et de monter les marches, puis sur la scène qui a vu passer tant d’artistes. « Cannes est un formidable terrain de jeu. Il y a une vraie histoire à raconter », s’enthousiasme Pascal Thiriot. Faire partie du plan « Cannes, capitale du sport de plein air » est un plus pour faire rayonner l’événement. « Nous faisons partie du programme de la ville », explique-t-il. « Nous avons donc une aide pour la logistique et la communication. Le label permet aussi d’attirer les concurrents locaux qui veulent tenter le challenge. » D’autres nouveautés ont vu le jour au cours de ces quatre dernières années : le triathlon international, l’aquathlon et le Swim Run, tandis que l’Odyssea a fait son retour. D’autres événements ont gardé leur place au calendrier comme le semi-marathon, le supranational de pétanque et les Régates royales. Mais pour eux, qu’est-ce qui change ? « La communication de la ville permet de mettre en avant toutes les animations et événements sportifs », insiste l’élue.



Rendez-vous sur l’Appli


« Une belle visibilité à la ville »


Enfin, « Cannes, capitale du sport en plein air » permet de rénover et de moderniser les 415 000 m² d’équipements sportifs de la ville. La volonté est également d’en créer de nouveaux : un skatepark de 700 m² à la Roseraie, dont la livraison est prévue pour décembre prochain et la création d’un complexe sportif dans la basse vallée de la Siagne. Hormis ces constructions, le coût pour la ville n’a pas été très élevé, se résumant à la mise en place des clous de voirie et à l’implantation des aires de fitness. De plus, ce vaste programme peut apporter un rayonnement supplémentaire à la ville. « Le maire pense que le sport est un facteur économique important », explique l’élue. « Cannes est très touristique et c’est la deuxième ville qui accueille des congrès en France, derrière Paris. Les plans des pistes sont dans les chambres d’hôtel et au Palais des congrès. Les visiteurs peuvent en parler autour d’eux. Cela donne une belle visibilité à la ville. » Le programme est bien avancé mais ne s’arrête pas là. « Maintenant, on va travailler sur la pratique nautique », annonce Françoise Campbell, directrice du service des sports de la ville.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

SPORTMAG_def_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même