SPORTMAG - 116 : National - Décembre 2018

Archives

Collapse

Uncollapse

116-Joel-Bruneau.jpg
Retour En avant

France urbaine

Joël Bruneau : « L’enveloppe financière de l’État dédiée aux Sports devait être sanctuarisée »

Maire de Caen, Joël Bruneau est aussi le coprésident de la commission Sports de France urbaine. Pour SPORTMAG, il évoque les travaux de cette commission concernant la nouvelle gouvernance du sport, mais dévoile également les prochains sujets sur lesquels il entend se pencher.

Pourquoi avoir accepté de codiriger la commission Sports de France urbaine ?

Le sport figure parmi les grandes thématiques publiques à investir. Cet investissement, au-delà du prisme financier, résulte bien d’une considération d’ensemble : consacrer la politique publique du sport en lien avec la santé, l’éducation, la cohésion sociale, l’économie sociale et solidaire, etc. La logique sportive n’est pas uniquement celle de grands événements sportifs. Elle doit se focaliser sur son apport global dans la société : comment davantage concilier sport et enjeux sanitaires ? Comment peut-elle favoriser l’intégration ? Dans quelle mesure le sport peut-il valoriser le territoire ? Le sport dispose d’une très grande transversalité, et s’envisage à l’échelle de nos territoires avec une multitude d’acteurs. C’est ce que nous faisons valoir au sein de la commission Sports de France urbaine.



« Les collectivités doivent revoir à la baisse leurs subventions »


Les collectivités doivent-elles revoir leur distribution des subventions concernant le sport ?

Même si le poids des collectivités territoriales, conséquent en matière de financement, était reconnu parmi les acteurs du sport, la concertation sur la nouvelle gouvernance du sport, à laquelle France urbaine a pris part, a permis de dévoiler de manière plus élargie leur impact quant à la vitalité et l’animation sportives françaises. Les collectivités, dans une pleine optique de maîtrise des dépenses, doivent revoir à la baisse les subventions qu’elles attribuent. Justement, dans cette nouvelle gouvernance du sport qui se profile, nous avons choisi de restreindre nos subventions fléchées aux clubs de haut niveau et médiatisés, au profit du développement du sport pour tous et de proximité. Nous avons également rappelé que l’enveloppe financière de l’État dédiée aux Sports devait être sanctuarisée, avec une montée en puissance en parallèle des acteurs économiques dans le financement du sport.



Après la gouvernance du sport, quel sera le prochain grand chantier de la commission Sports de France urbaine ?

La période de concertation sur la nouvelle gouvernance du sport est désormais clôturée, avec une satisfaction commune d’avoir pu aboutir à la création d’une Agence nationale du sport à compétence partagée et de déclinaisons territoriales. La prochaine étape sera parlementaire, avec le projet de loi « Sport et société » qui sera discutée au premier semestre 2019. Les fonds européens en matière de sport, ou encore la sensibilisation au sport santé et sport sur ordonnance seront des sujets à investir. Les grandes villes et métropoles ont également rappelé leur volonté de faire partie intégrante des Jeux olympiques et paralympiques 2024 : l’excellence de leurs infrastructures sportives leur permet de prétendre à un accueil de délégations sportives et au statut de base arrière, tout en profitant de cet événement sportif planétaire pour sensibiliser et développer les pratiques sportives.


Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

SPORTMAG_def_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même