SPORTMAG, le magazine mensuel des sports - 108 : Mars 2018

Archives

Collapse

Uncollapse

108---Ouverture-universitaire.jpg Ici lors des Universiades 2017, où il obtiendra la médaille de bronze à la longueur

La bio express de Raihau Maiau


25 ans

Né le 1er août 1992 à Moorea-Maiao (Polynésie française)

Discipline :

Saut en longueur

Records personnels :

8,02 m (en salle), 7,98 m (en plein air)

Club :

CA Balma

Université :

Université Paul-Sabatier de Toulouse

Palmarès :

Médaillé de bronze aux Universiades (2017), médaillé d'or aux Jeux de la Francophonie (2017), champion de France (2017)

Retour En avant

Raihau Maiau

« Je suis venu en France pour le sport »

Né en Polynésie française, dont il a longtemps été le représentant, Raihau Maiau arbore les couleurs de la France depuis 2016. Champion de France du saut en longueur et médaillé de bronze aux dernières Universiades, il revient sur son parcours et ses prochains objectifs.

Vous êtes devenu double champion de France universitaire cet hiver. Comment avez-vous vécu cette compétition ?

C'était un très bel événement organisé à Clermont-Ferrand. J'ai pris beaucoup de plaisir à représenter mon université sur deux épreuves, le saut en longueur et le 60 mètres. Ce n'était pas simple, car les deux épreuves se chevauchaient dans le programme. M'imposer n'a pas été si facile que ça, notamment à la longueur, où j'étais un peu déconcentré. J'ai donc dû puiser pas mal d'énergie pour aller chercher la gagne. Décrocher deux médailles d'or, c'est génial, surtout quand c'est sous les couleurs de mon université.


« Tout ce parcours FFSU a beaucoup compté pour moi »


Est-ce une émotion spéciale de représenter votre université ?

C'est quelque chose que j'apprécie vraiment énormément. On est tous ensemble, on se voit à l'école, mais aussi aux compétitions. C'est le top ! On représente notre université pour la remercier de nous accompagner tout au long de l'année. Moi, en tout cas, c'est comme ça que je le vis, et c'est pour cela que je me donne toujours à fond lors des compétitions universitaires.


Réservez votre séjour avec Touristra Vacances !


Où en êtes-vous de votre double projet, qui combine sport et études ?

Je termine mon Master 2 cette année. Les championnats de France en salle auxquels j'ai participé à Clermont-Ferrand étaient donc mes dernières compétitions universitaires. Je suis né en Polynésie et je suis venu en France pour le sport. Tout ce parcours FFSU a beaucoup compté pour moi, car il m'a permis de mener à bien mes études tout en continuant à pratiquer mon sport, à découvrir de nouvelles compétitions, à représenter mon université et à vivre de grands moments.


« Une année 2017 de folie ! »


Parmi ces moments, la médaille de bronze aux Universiades 2017. Était-ce un déclic pour vous ?

Je le pense, ça fait partie des moments les plus importants de ma carrière. Les Universiades, c'est un très grand événement et y décrocher une médaille de bronze, c'était quelque chose de dingue. J'avais réalisé un bon concours et un très bon saut pour prendre cette place sur le podium. Ça m’a aussi montré que je pouvais être régulier sur les grands événements. J'ai également remporté l'or sur les Jeux de la Francophonie et je suis devenu champion de France Élite. Pour résumer, les Universiades ont fait partie d'une année 2017 de folie pour moi.


Sa bio express


Quels sont vos objectifs pour cette année 2018 ?

Je me suis un peu blessé lors du meeting de Paris, ce qui a fait que je n'ai pas pu me montrer performant lors de cet événement. J'ai quand même enchaîné avec le meeting de Liévin pour la saison en salle. Durant l'été, mon principal objectif sera bien évidemment de conserver mon titre de champion de France. Concernant mon record, je n'ai pas vraiment d'objectifs, j'ai juste envie de sauter le plus loin possible, sans me poser de questions. Si je dois faire plus de 8 mètres, ça viendra tout seul, je ne m'inquiète pas pour ça.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

SPORTMAG_def_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même