SPORTMAG - 107 : National - Février 2018

Archives

Collapse

Uncollapse

107---Tess-Ledeux.jpg Du haut de ses 16 ans, Tess Ledeux marquera-t-elle l’histoire du sport français ?
Retour En avant

Jeux Olympiques 2018

Objectif 20 médailles

Il y a quatre ans à Sotchi, la France avait décroché quinze médailles, dont quatre titres. L'objectif affiché des Bleus est clair : battre ce record et monter sur au moins vingt podiums à PyeongChang.

Ski alpin

Discipline phare des Jeux olympiques d'hiver, le ski alpin n'avait rapporté que deux médailles à la France il y a quatre ans à Sotchi : l'argent pour Steve Missilier en slalom géant et le bronze pour Alexis Pinturault, toujours en géant. Une épreuve qui sera à nouveau le point fort des Bleus. Vainqueur cet hiver du côté de Val d'Isère, Alexis Pinturault est un prétendant crédible au podium, même s'il semble actuellement un ton au-dessous de skieurs comme Marcel Hirscher ou Henrik Kristoffersen. Dans son sillage, l'équipe de France masculine de géant est d'une densité impressionnante : Victor Muffat Jeandet, Steve Missilier, Thomas Fanara ou encore Mathieu Faivre sont tous des prétendants au top 10. Outre le géant, Pinturault devrait également être aligné en combiné et en slalom. Dans cette dernière épreuve, il tentera de briller en compagnie des expérimentés Jean-Baptiste Grange et Julien Lizeroux. Enfin, en vitesse, que ce soit en descente ou en Super-G, les espoirs de médaille reposent principalement sur les épaules d'Adrien Théaux.


Alexis Pinturault sera le fer de lance du ski alpin tricolore durant ces Jeux…


Si l'épreuve du géant est porteuse d'espoirs de médailles pour les hommes, ce sera aussi le cas chez les femmes. En effet, Tessa Worley espère décrocher le podium olympique après lequel elle court depuis tant d'années. Seizième à Vancouver en 2010, la skieuse du Grand-Bornand avait manqué le rendez-vous de Sotchi en raison d'une grave blessure. Deuxième à Sölden et à Courchevel cet hiver, Worley brille par sa régularité. Derrière la double championne du monde de géant, c'est un peu le désert : peu de Tricolores semblent en mesure d'atteindre ne serait-ce qu'un top 10. Cinquième du slalom il y a quatre ans, Nastasia Noens tentera de se transcender afin d'aller chercher un résultat. Les skieuses françaises auront tout de même l'occasion de briller lors du Team Event, un slalom parallèle par équipes. Une épreuve mixte dont la France est championne du monde en titre…


Skicross


Jean-Frédéric Chapuis sera le favori à sa propre succession


Il y a quatre ans, à Sotchi, la France avait fait le plein en skicross grâce au triplé réalisé par Jean-Frédéric Chapuis, Arnaud Bovolenta et Jonathan Midol. Quatre ans plus tard, l'équipe de France nourrit toujours de grandes chances de médailles dans cette discipline. Champion olympique en titre, Jean-Frédéric Chapuis fait figure de favori à sa propre succession. Le natif de Bourg-Saint-Maurice a en effet glané en 2017 son troisième globe de cristal consécutif dans la discipline. Vice-champion olympique et récemment deuxième de l'épreuve de Coupe du monde organisée à Val-Thorens, Arnaud Bovolenta est en forme et espère lui aussi de nouveau monter sur la boîte. Côté féminin, l'équipe de France misera une nouvelle fois sur Ophélie David. À 41 ans, la skieuse de l'Alpe d'Huez espère enfin décrocher une médaille olympique, elle qui avait échoué en quart de finale en 2010 et à la quatrième place en 2014.


Biathlon

Avec quatre médailles à Sotchi, le biathlon français s'était une nouvelle fois fait remarquer de manière extrêmement positive aux Jeux olympiques. Un bilan qui reposait principalement sur les épaules de Martin Fourcade, le Catalan ayant décroché deux titres et une médaille d'argent. Le sextuple vainqueur de la Coupe du monde sera une nouvelle fois le leader d'une belle équipe de France de biathlon. En individuel, Fourcade va devoir s'employer, lui dont le duel avec le Norvégien Johannes Boe rythme la saison en cours. C'est clairement lors de la poursuite que Martin Fourcade sera le plus attendu, lui qui est champion olympique en titre et leader de la Coupe du monde dans cette épreuve. L'équipe de France masculine de biathlon pourra également compter sur Quentin Fillon Maillet, auteur de plusieurs performances intéressantes cet hiver, sur Jean-Guillaume Béatrix, médaillé de bronze en poursuite en 2014, ou encore sur Simon Desthieux, en progression d'année en année.


Malgré un règne sans partage sur le biathlon mondial, Martin Fourcade fera face à une rude concurrence…


De son côté, le biathlon féminin français était reparti de Sotchi avec un zéro pointé. Comme chez les hommes, un leader émerge pour ces JO 2018 en la personne de Justine Braisaz. La biathlète des Saisies n'a que 21 ans, mais elle a prouvé cet hiver qu'elle pouvait jouer avec les meilleures en dérochant sa première victoire en Coupe du monde lors de la Mass Start au Grand-Bornand. Avec également des podiums en sprint et en poursuite à son tableau de chasse, Justine Braisaz a les qualités nécessaires pour monter sur au moins un podium en Corée du Sud. Dans son sillage, on retrouve Anaïs Bescond, qui avait multiplié les places d'honneur à Sotchi et dont l'expérience pourrait profiter aux Bleues. Marie Dorin-Habert, qui avait réalisé de grandes saisons en 2016 et 2017, n'est plus que l'ombre d'elle-même depuis le début de l'hiver. Difficile donc de l'imaginer jouer les premiers rôles à PyeongChang. Même si, aux Jeux olympiques, la vérité d'une course n'est pas forcément celle d'une saison...


Ski slopesyle

La Française Tess Ledeux a d'ores et déjà gagné la médaille d'or de la précocité. À seulement 16 ans, la native de Bourg-Saint-Maurice est la grande favorite du ski slopestyle, une discipline acrobatique et spectaculaire qui a fait son apparition au programme olympique en 2014. Une discipline que Tess Ledeux domine de la tête et des épaules. La jeune tricolore est ainsi devenue championne du monde l'an dernier... à seulement 15 ans ! Médaillée d'argent à Aspen lors des X Games, elle a confirmé cet hiver en remportant notamment la manche de Coupe du monde disputée à Font-Romeu. En ce mois de février, elle pourrait devenir la plus jeune championne olympique de l'histoire du sport français pour ce qui concerne les JO d'hiver.


Réservez vos places pour l'Open Sud de France !


Half-pipe


Marie Martinod ne visera que l’or à PyeongChang


La première apparition de cette épreuve au programme olympique il y a quatre ans avait pleinement profité à la France. Les Bleus avaient décroché deux médailles, de bronze grâce à Kevin Rolland chez les hommes et d'argent pour Marie Martinod chez les femmes. Les atouts seront identiques du côté de PyeongChang. Kevin Rolland fait même partie des favoris en vue de l'obtention du titre olympique, puisque le natif de Bourg-Saint-Maurice règne sur la planète half-pipe. Double champion du monde, triple vainqueur de la Coupe du monde, ce skieur freestyle de 28 ans est logiquement attendu sur le podium, tandis que Benoît Valentin, finaliste à Sotchi, espère lui aussi se faire remarquer. Pour Marie Martinod, 33 ans et deux Coupes du monde au compteur, seul l'or compte. La skieuse de La Plagne est dans une forme ascendante, elle qui a décroché l'argent lors des championnats du monde 2017 à la Sierra Nevada. Une fois encore, le half-pipe pourrait donc faire le bonheur de l'équipe de France…


Snowboard cross

C'était l'une des belles images des JO de Sotchi : blessé, courant avec une attelle, Pierre Vaultier était pourtant devenu champion olympique de snowboard cross. Un titre plein d'émotions pour le natif de Briançon qui tentera de doubler la mise à Pyeongchang. Le tricolore est l'un des favoris, lui qui a décroché le titre mondial en 2017 à la Sierra Nevada. Également cinq fois vainqueur de la Coupe du monde, Pierre Vaultier a toutes les cartes en main pour doubler la mise.


Chloé Trespeuch peut confirmer tous les espoirs portés en elle


Côté féminin, les espoirs du snowboard cross français reposeront sur les épaules de Chloé Trespeuch. À 19 ans à peine, elle s'était parée de bronze à Sotchi. Quatre ans plus tard, la snowboardeuse de Bourg-Saint-Maurice entend faire mieux. Vice-championne du monde en titre de la discipline, Chloé Trespeuch réalise un hiver sérieux qui doit lui permettre de monter en puissance afin d'être au top à PyeongChang. La jeune tricolore visera l'or en Corée du Sud.


Patinage artistique


Le couple Papadakis / Cizeron sera clairement le favori en danse sur glace…


Grande première pour Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron : le duo va participer à ses premiers Jeux olympiques cette année. Un rendez-vous pas comme les autres pour les deux Français, puisqu'ils portent l'étiquette de favoris dans l'épreuve de danse sur glace. Double champion du monde et triple champion d'Europe, le duo tricolore est tout simplement sur une autre planète depuis trois ans. Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont même battu, au mois de novembre dernier, un nouveau record de points en danse sur glace à l'occasion des Internationaux de France à Grenoble. Troisièmes des championnats d'Europe en 2017, Vanessa James et Morgan Ciprès peuvent, eux, caresser l'espoir d'un podium en couple. Une épreuve qui sourit rarement aux tricolores, puisque la dernière médaille française date de... 1932, avec le titre obtenu par Andrée Joly et Pierre Brunet lors des Jeux olympiques de Saint-Moritz.


Patinage de vitesse

Alexis Contin est un habitué des places d'honneur aux Jeux olympiques. Sixième du 5 000 m et quatrième du 10 000 m à Vancouver en 2010, le Français était passé à travers il y a quatre ans à Sotchi. Médaillé mondial en 2015, devenant le premier tricolore médaillé aux championnats du monde dans cette discipline depuis 1960, Alexis Contin entend faire parler son expérience, lui qui est désormais âgé de 31 ans et qui a effectué une préparation solide en n’hésitant pas à se mettre au roller durant les périodes estivales.


Thibaut Fauconnet parviendra-t-il à décrocher le graal pour ses troisièmes Jeux ?


Sur piste courte, aussi appelée short-track, la France misera sur Thibaut Fauconnet et Sébastien Lepape. Le premier, double champion d'Europe, participe à ses troisièmes Jeux olympiques, tandis que le second, pour ses deuxièmes JO, sera attendu sur 1 500 m, sa distance de prédilection. Côté féminin, les espoirs reposeront sur Véronique Pierron, la tricolore ayant laissé ses multiples blessures derrière elle pour retrouver ces dernières années les podiums nationaux et internationaux.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

SPORTMAG_def_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même