SPORTMAG, le magazine mensuel des sports - 111 : Juin 2018

Archives

Collapse

Uncollapse

111---Couverture.jpg

Édito

Pascal-RIOCHE.jpg

L’ordre et l’éthique

L’attribution d’un titre est la récompense d’efforts qui ont souvent été longs, dont tous les détails ont été minutieusement préparés pour arriver au but ultime et décrocher le Graal. Tous les compétiteurs, éducateurs, dirigeants, supporteurs ont la même envie de voir leur équipe, leurs champions atteindre leurs objectifs. Et ce qui est palpitant dans le sport c’est que le résultat n’est jamais acquis d’avance, car de nombreux faits de jeu entrent dans l’attribution finale. C’est tout le charme et la beauté du sport !

Cette ferveur est légitime ; les valeurs du sport permettent de fédérer des personnes de toutes les classes sociales, la dramaturgie du sport véhicule des émotions diverses, la folie peut soulever les foules dans la joie autant que dans la peine et quelquefois dans la violence et la haine. Cela n’est pas normal. Tout le monde doit combattre cette dérive et faire le maximum pour informer des conséquences graves pour les clubs, les supporteurs sur ces agissements, car le sport n’est rien d’autre qu’un divertissement avec des enjeux cruciaux, et il ne doit jamais basculer dans ces excès. Il est temps que nos instances fassent régner l’ordre et les lois, car il est inadmissible de voir des dirigeants de clubs de football tenir des propos incitant à la haine, des joueurs coupables de violence avérée ne recevant que des condamnations dérisoires. Quel exemple pour la société ?

Dans une entreprise, tout salarié qui se comporterait de cette manière serait licencié sur le champ pour faute grave et poursuivi en justice. Il est temps que le sport de haut niveau montre l’exemple sur les terrains et en dehors, avant que l’on n’arrive à l’irréparable. Le laxisme, l’impunité et l’injustice ont toujours amené aux couacs. Alors, remercions les instances de faire respecter les lois et de préserver le sport. Au même titre que nous demandons aux arbitres de faire respecter les règles du jeu sur les terrains, car eux sont notés et même déclassés. À quand des sanctions à la hauteur des fautes commises ?

Car frapper une personne du club adverse, diffuser des messages haineux et malveillants sur les réseaux sociaux pour attiser les supporteurs, tout cela va à l’encontre de l’éthique du sport. L’image du sport dans la société d’aujourd’hui est si importante que les fédérations sportives ont le devoir de faire respecter l’éthique. En effet, en février 2017, le Sénat avait définitivement adopté, à l’unanimité, la proposition de loi de Dominique BAILLY et Didier GUILLAUME visant à préserver l’éthique du sport, à renforcer la régulation et la transparence du sport professionnel et à améliorer la compétitivité des clubs.

« Qui apaise la colère éteint un feu ; qui attise la colère, sera le premier à périr dans les flammes »

Hazrat Ali

Pascal Rioche

SPORTMAG_def_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même